Laureline Gaussens, relaxée de sa suspension anti-dopage - 07/01/2016

Laureline Gaussens avait été suspendue pour deux ans en août dernier par la FFA après un contrôle positif à la morphine.

La spécialiste de trail avait effectué appel de cette décision, et la FFA vient de révéler qu’elle bénéficie d’une relaxe,

la morphine détectée lors de son contrôle aurait été métabolisée après la consommation de pain contenant des graines de pavot.

 

Img 5471 300x200

Du pain au pavot absorbé le matin de son Trail de Côte d’or. C’est le produit qui serait à l’origine du contrôle positif à la morphine enregistré à l’encontre de Laureline Gaussens fin mai 2015, et qui avait abouti à sa suspension pour deux ans.

Dès l’annonce de cette sanction, Laureline Gaussens avait crié à son innocence, et à son incompréhension face à cette situation, contestant très fermement avoir absorbé des produits interdits. Lors de l’interview réalisée le 18 septembre dernier, la traileuse avait clairement évoqué la possibilité qu’un produit très spécifique aurait pu aboutir à ce problème, mais elle avait alors refusé de le nommer, souhaitant laisser le champ libre à son avocat pour l’appel.

Fin septembre, elle recevait une convocation pour se présenter devant la commission disciplinaire d’appel le 22 octobre, et elle présentait alors divers documents confirmant qu’elle avait consommé du pain au pavot à l’hôtel le matin de sa course, (vers 7h20) et attestation du médecin de l’AMLD de Grenoble. Celui-ci indique que « plusieurs études pharmacocinétiques montrent après absorption de pavot alimentaire, des dérivés de la morphine et de la codéine dans les urines », leur présence pouvant se prolonger jusqu’à 48 heures après l’ingestion, avec un pic qui se situe entre 3h et 6h, ce qui correspond à la période au cours de laquelle la miction s’est déroulée, les échantillons ayant été scellés à 14h10.

Une relaxe inédite

Des arguments entièrement retenus par l’instance d’appel de la FFA, s’appuyant également sur une étude américaine diffusée par l’USADA qui confirme la possibilité d’un résultat positif lors d’un contrôle anti-dopage suite à la consommation de graines de pavot.

Avec en conclusion, la relaxe pour Laureline Gaussens, une décision très inédite chez la FFA, mais tout de même l’annulation de son résultat du Trail de la Côte d’or.

Cette piste du pain au pavot avait été formulée par le Docteur Claire Condemine Piron, responsable de l’Antenne Médicale de Prévention du Dopage en Languedoc Roussillon, que j’avais interrogée début octobre sur le « cas » Gaussens, pour essayer de mieux comprendre. J’avais en effet été touchée par la dramatique détresse de la jeune femme à l’annonce de cette suspension.

Laurent Ardito, très surpris

Les réponses de Laurent Ardito, responsable du Team Trail Asics, m’avaient alors également beaucoup interpellée. Laurent Ardito connaissait bien Laureline Gaussens, elle avait fait partie de l’équipe Asics durant six mois au début 2014, et il ne dissimulait pas sa grande surprise sur ce contrôle, appelant à beaucoup de prudence. Le team manager expliquait que la jeune femme l’avait beaucoup impressionnée par ses capacités physiques, mais également surpris par sa volonté très rapide de sortir de l’équipe, soulignant : «Elle n’a pas supporté les contraintes de haut niveau, et aussi les jalousies découlant de sa présence dans l’équipe. Elle était très centrée sur le plaisir de courir, le dépassement de soi. Elle courait pour elle, pas pour battre les autres. Elle avait une relation sport-santé très saine. » Un profil apparaissant peu en accord avec une utilisation de produits interdits…

Ce n’est pas la première fois que les graines de pavot font parler d’elles dans le monde du sport. En quelques coups de clics, on découvre plusieurs cas surprenants, et en particulier celui d’un triathlète néo-zélandais Graham O’Grady, une copie conforme de l’affaire Gaussens, en 2011, il est d’abord suspendu puis relaxé, la morphine provenant pour lui d’un pain au pavot.

Les chevaux positifs à la morphine

Cet été, ce sont les chevaux des cavaliers Steve Guerdat Steve Guerdat et Alessandra Bichsel qui apparaissent positifs à la morphine, et là encore, la suspension sera annulée au motif que la contamination s’est faite accidentellement avec du pavot somnifère.

Aux Etats-Unis, une autre affaire a défrayé la chronique, hors du domaine sportif. Une maman déclarée positive aux opiacés lors de son accouchement avait vu son enfant lui être retiré jusqu’à une décision l’innocentant, cette fois, le « coupable » aurait été un bagel au pavot ingéré juste avant l’accouchement.

Mais dans un passé plus lointain, comme le révèle le Docteur Jean Pierre de Montdenard, le cycliste Alexi Grewal avait, lui, été suspendu trois mois bien qu’il ait argumenté s’être gavé de gâteaux à la graine de pavot la veille de sa course.

C’était en 1992. Depuis cette période, les graines de pavot sont devenues un ingrédient de plus en plus fréquemment utilisé dans diverses préparations…

  • Texte : Odile Baudrier
  • Photo : D.R.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau